Français   •   English   •    Deutsch



Le Périgord



Le Périgord, terre de culture et Terre de l'Homme, regorge de traces laissées par deux millénaires. Ce paysage culturel, situé idéalement au sein de l'Europe, est un lieu de vie idéal qui invite chacun à contempler ses richesses, par exemple au marché traditionnel qui se tient à Monpazier le jeudi.
Campagne divisée en quatre parties (Périgords vert, blanc, noir, pourpre), on y visite nombre de sites exceptionnels, autant de châteaux et gentilhommières, villes et quartiers, jardins et vallées. Les sites préhistoriques de la vallée de la Vézère, les châteaux de Beynac, de Hautefort, de Milandes et mille autres, les jardins de Marqueyssac, d'Eyrignac et les villages de Comargue, Castelnaud, Biron, Cadouin sont à visiter.




 
CadouinCadouinBironBas-reliefCadouin
 



Périgord



« Il est des provinces dont le visage se découvre aisément : le profil de l'une se marque par la montagne, de l'autre par la mer. Moins nettement sculpté, le visage du Périgord se dévoile lentement ; ce pays est tout en demi-teintes : riche palette de couleurs, mais aussi de valeurs, qu'il faut aborder sans hâte. Les contrastes y vont jusqu'à l'antithèse. La géographie y juxtapose le granit et le calcaire ; l'histoire, des figures de conquérants et de prélats ; la littérature y confronte Brantôme et Fénelon.
Plateaux chevelus ou pelés ; abris sous roches où se sont stratifiées des civilisations disparues, entassés les silex taillés et la pierre polie ; grottes où, depuis des dizaines de millénaires, s'est conservé un art miraculeusement frais ; vallées grasses et riches, infiniment lumineuses ; falaises ocrées où s'ancrent les lourdes caravelles des châteaux médiévaux ; églises romanes aux étonnantes coupoles teintées du reflet de l'Orient, bastides géométriques où se sont inscrites les traces des guerres anglaises ; petites auberges champêtres où des générations de cordons bleus se transmettent un héritage de recettes ; plantureux vignobles du Bergeracois où le soleil distille un vin capiteux et doré ; vieilles demeures où l'on rencontre encore de grandes ombres : dans la carte littéraire de la France, le Périgord occupe en effet une place privilégiée : on y trouve quelques-uns des grands noms de notre littérature. Au Moyen Age, voici Bertrand de Born, le prince des troubadours, avec Arnaud Daniel, Arnaut de Mareuil, Giraut de Borneil. A la Renaissance voici Montaigne dont le souvenir se conserve vivant dans sa « librairie », et son inséparable, le sage Etienne de la Boétie ; voici encore le gaillard Brantôme. Au Grand Siècle c'est La Calprénéde qui naquit en Périgord Noir, et Fénelon dont le château conserve intacts ses remparts et sa noble architecture. Le XIXe siècle nous offre l'homme le plus édité du monde : Jacques de Maleville, le rédacteur du Code Civil, qui naquit à Domme, ainsi que le délicieux moraliste Joubert qui vit le jour à Montignac, et le philosophe bergeracois Maine de Biran. La fin du siècle nous présente un Sarladais, le sociologue Tarde ; un romancier de la glèbe, Eugène Le Roy ; un charmant conteur, Albéric Cahuet ; un retentissant pamphlétaire, Léon Bloy ; la romancière Rachilde enfin. Tout près de nous, M. Jean-Paul Sartre est de bonne souche périgourdine et M. André Maurois est devenu périgourdin d'adoption.
Comment analyser le charme du Périgord ?
Il est peu de régions en France où l'Art se manifeste avec une si parfaite continuité : de Lascaux à l'époque barbare, de la Vésone gallo-romaine à l'époque pré-romane, des coupoles romanes de Saint-Front à l'époque gothique, de la Renaissance au Grand Siècle. Tout cela sans prétention, avec une charmante bonhomie, avec un je ne sais quoi d'aimable et de souriant, avec aussi un rien de mystère qui exige une « découverte » mais qui donne à cette fleur provinciale un parfum original. Le perpétuel miracle du Périgord est précisément que les contrastes s'y marient sans heurt, que l'histoire s'y intègre aux vieilles pierres, et celles-ci aux paysages. Dans la musique de la France, ce n'est peut-être pas la voix la plus forte, ni la plus douce, ni la mieux timbrée, ni la plus savante : c'est certainement l'une des plus émouvantes. »


Texte par Jean Secret de 1952, in : Périgord, France. Brochure éditée par le Ministère des Travaux publics, des Transports et du Tourisme.




 
Abbaye de Cadouin

Plan général de l'Abbaye de Cadouin dessiné
par G. Ponceau, in : Cadouin
Hotel Plamont

Hotel Plamon à Sarlat, photographie historique par René-Jacques,
in : Périgord, France
 



Jumilhac

Château de Jumilhac-Le-Grand, photographie historique par Foucault,
in : Périgord, France

 
 


Lectures

SECRET, J., 1985, Le Périgord romantique, Fanlac, Périgueux, rééd., 151 p.
SECRET, J., 1957, Le Périgord à vol d'oiseau, Fontas, Périgueux, 1ère éd. , 80 p.
PENAUD, G., 1996, Dictionnaire des Châteaux du Périgord, Editions Sud-Ouest, Bordeaux, rééd., 316 p.
RAPHAEL, M., 1989, Das göttliche Auge im Menschen, Zur Ästhetik der romanischen Kirchen in Frankreich, Suhrkamp, Frankfurt/Main, Erstausgabe, 336 S.